FAQ Décontamination

Amiante

Comment l’amiante était utilisé dans l’industrie de la construction?

À partir des années 1930 jusque dans les années 1980, la majorité des résidences, des édifices commerciaux et institutionnels ont été construits avec des produits contenant de l’amiante, car ce matériau était polyvalent et économique.

Voici quelques-unes de ces caractéristiques :

  • incombustible;
  • un bon isolant thermique, électrique, acoustique;
  • résistant à la traction;
  • résistant à l’action corrosive des produits chimiques;
  • résistant aux micro-organismes.

Étant donné ses particularités, l’amiante a servi pour plusieurs utilisations dans l’industrie de la construction, soit comme matériau friable ou comme matériau non friable.

Un matériau friable est un matériau qui peut facilement être émietté ou réduit en poudre. On procède habituellement par flocage (ou pulvérisation) pour appliquer ce type de matériau.

Exemples de matériaux friables contenant de l’amiante :

  • matériaux pulvérisés sur colonnes, poutres, ou autres, pour la protection incendie;
  • matériaux pulvérisés pour fini décoratif;
  • matériaux pulvérisés pour l’isolation acoustique;
  • matériaux d’isolation de tuyaux et de chaudières;
  • plâtre et crépi sur les murs et les plafonds.

Un matériau non friable est un matériau pré-usiné dont l’amiante a été intégré à l’intérieur.

Exemples de matériaux non friables contenant de l’amiante :

  • tuyaux d’amiante-ciment, panneaux d’amiante-ciment pour les murs extérieurs, bardeaux d’amiante-ciment pour les toits, etc.);
  • tuiles d’isolation acoustique;
  • tuiles de vinyle-amiante, tuiles de planchers contenant de l’amiante (TVA);
  • bardeaux pour toitures en amiante-asphalte;
  • mastic de remplissage pour panneaux de gypse (ciment-joint);
  • garnitures et joints d’étanchéité;
  • colle pour tuiles en céramique et revêtements de plancher.

Depuis l’utilisation intensive de l’amiante, à partir de 1930, des milliers de tonnes d’amiante ont été installées. Mais, avec les années, il est apparu que l’amiante pouvait causer de graves problèmes de santé. Depuis 1970, les applications de l’amiante sont donc devenues beaucoup plus restreintes. Il reste cependant encore de grandes quantités d’amiante dans les bâtiments, que ce soit au niveau de la structure des bâtiments ou de l’équipement (tuyaux, chaudières, etc.).

Lors de travaux de rénovation, de maintenance, de réparation ou de démolition, un grand nombre de personnes peuvent donc entrer en contact avec des matériaux contenant de l’amiante. Elles sont alors susceptibles d’être exposées aux fibres d’amiante, d’où l’importance de connaître toutes les mesures à prendre dans de tels cas.

Quels sont les effets des fibres d’amiante sur la santé?

Les dangers liés à l’inhalation de fibres d’amiante sont bien réels. Inspirées en grande quantité, les fibres d’amiante (aussi appelées poussières d’amiante) peuvent causer notamment l’amiantose, une maladie pulmonaire qui cause des difficultés respiratoires, ainsi que le cancer du poumon.

Dans les faits, l’amiante présente un risque pour la santé des gens lorsque les fibres se détachent des matériaux et se propagent dans l’air ambiant. Il y a alors danger que les fibres soient inhalées, puis pénètrent dans le système respiratoire et aillent se déposer dans les alvéoles du poumon.

Il faut savoir que le système respiratoire possède naturellement un mécanisme de défense pour empêcher que des fibres se rendent aux alvéoles. Les poils du nez, les cils vibratiles et le mucus des conduits respiratoires peuvent en effet arrêter les grosses fibres. Celles-ci sont alors rejetées à l’extérieur de l’organisme par le mouchage, la toux, les éternuements ou les crachats.

Dans le cas des fibres d’amiante, elles sont tellement fines qu’elles peuvent pénétrer profondément dans les poumons et atteindre les alvéoles pulmonaires.

Les trois principales maladies reliées à l’exposition aux fibres d’amiante sont :

  • l’amiantose;
  • le cancer du poumon;
  • le mésothéliome.

L’amiantose est une maladie due à l’accumulation de fibres d’amiante dans les alvéoles des poumons. Avec le temps, les tissus pulmonaires attaqués par ces fibres à répétition se cicatrisent et deviennent alors de moins en moins élastiques, provoquant des difficultés à respirer (essoufflement). À noter qu’il peut se dérouler plusieurs années avant que les signes de la maladie apparaissent après l’exposition à des fibres d’amiante, généralement de 15 à 20 ans après la première exposition.

Le risque de développer un cancer du poumon est augmenté si une personne est exposée à des fibres d’amiante. Comme pour l’amiantose, le cancer du poumon se déclare plusieurs années après la première exposition aux fibres d’amiante, soit de 20 à 30 ans plus tard.

Quant au mésothéliome, il s’agit d’une forme très rare de cancer de l’enveloppe des poumons et de la cavité abdominale, associée à l’exposition aux fibres d’amiante. Après l’exposition initiale aux fibres d’amiante, il peut se dérouler de 30 à 40 ans avant l’apparition de la maladie.

Il semble que les maladies suivantes pourraient aussi faire partie des problèmes de santé reliés à l’amiante : le cancer du larynx, le cancer du système gastro-intestinal qui affecte l’œsophage, l’estomac et les intestins ainsi que le cancer du rein.

Il faut toutefois savoir que le risque de contracter une de ces maladies dépend des facteurs suivants :

  • la durée de l’exposition;
  • la concentration de fibres dans l’air;
  • les types d’amiante : la chrysotile constitue la variété la moins nocive alors que le crocidolite et l’amosite s’avèrent les types les plus dangereux (l’amosite présente un risque plus élevé du fait que c’est un matériau difficile à mouiller, donc générant davantage de poussières lorsqu’on le manipule);
  • la friabilité des matériaux d’amiante : plus un matériau d’amiante est friable, plus les fibres qui le composent ont de risque de se détacher et de se propager dans l’air;
  • la nature de la tâche effectuée;
  • les prédispositions personnelles.

L’amiante constitue donc un risque pour la santé si ses fibres se retrouvent dans l’air que vous respirez!

À quel moment il n’y a pas de risque important pour la santé?

Quand les fibres d’amiante sont intégrées dans un produit, comme un revêtement mural ou des carreaux de sol, il n’y a pas de risque important pour la santé.

Ça devient dangereux seulement si les fibres d’amiante sont libérées du produit parce que le produit en question a été coupé, scié, percé ou endommagé.

La décontamination d’amiante est-elle obligatoire?

La décontamination n’est pas obligatoire. Si les matériaux qui renferment de l’amiante sont toujours dans un état non friables, la décontamination n’est pas nécessaire. En fait, elle n’est nécessaire que s’il y a un risque grave pour la santé, notamment si les fibres d’amiante contenues dans le matériau qui contient de l’amiante se détachent et se propagent dans l’air.

Toutefois, la présence d’amiante doit obligatoirement être déclarée pour tous les bâtiments publics. Un registre doit également exister pour chaque immeuble, dans lequel on aura inscrit les endroits où il y de l’amiante. Toute personne qui doit procéder à l’entretien (concierge, etc.), à des travaux ou à des rénovations (plombier, électricien, etc.) pourra alors consulter ce registre pour bien connaître les endroits susceptibles de contenir de l’amiante, ce qui l’incitera à agir avec prudence à certains endroits et à ne pas bouger ou endommager les matériaux qui renferment de l’amiante.

D'où provient l’amiante?

L’amiante est la forme fibreuse des silicates minéraux appartenant aux roches métamorphiques de deux groupes :

  • les serpentines (le chrysotile);
  • les amphiboles (l’amosite, le crocidolite, etc.).

Le chrysotile est exploité dans plusieurs pays, dont le Canada. L’amosite et le crocidolite proviennent principalement d’Afrique du Sud et d’Australie, mais on peut en trouver dans des matériaux d’isolation de nos bâtiments.

L’amiante se caractérise par l’extrême finesse de ses fibres. Inhalées par l’organisme, les fibres d’amiante constituent un danger pour la santé. Longtemps utilisée dans l’industrie de construction pour ses propriétés physiques et chimiques, et son faible coût, l’amiante est de nos jours réglementé afin que son usage soit contrôlé et que son élimination soit effectuée de façon sécuritaire.

Où trouve-t-on de l’amiante?

N’importe quel bâtiment, résidentiel, commercial, institutionnel ou industriel, construit avant 1990, peut contenir des matériaux renfermant de l’amiante.

Dans une habitation, quels sont les endroits susceptibles de renfermer de l’amiante?

  • les revêtements de sol;
  • les conduits et tuyaux;
  • les carreaux de vinyle;
  • les panneaux acoustiques de plafonds suspendus;
  • les gaines de ventilation;
  • les tuyaux de plomberie;
  • l’isolation;
  • la canalisation;
  • les ciments-joints;
  • le plâtre, le crépi, le fini décoratif.

Dans quelles situations le fait d’avoir de l’amiante chez soi peut constituer un risque?

Lors de rénovations ou de travaux d’entretien, le fait de bouger ou d’enlever des matériaux contenant de l’amiante (des matériaux d’isolation et d’insonorisation ou des revêtements muraux, par exemple) peut libérer des fibres d’amiante dans l’air.

Pour quelles raisons procède-t-on au désamiantage?

Bâtiments destinés à la destruction

Dans le cas des bâtiments destinés à la destruction, il est essentiel de procéder au retrait des matériaux contenant de l’amiante (désamiantage) avant la démolition, chaque fois que c’est techniquement possible, pour éviter que les fibres d’amiante contenues dans ces matériaux soient libérées dans l’air par les travaux de démolition.

Bâtiments en usage

Dans le cas des bâtiments en usage, des travaux doivent être entrepris par le propriétaire si un diagnostic d’amiante conclut à la présence de matériaux contenant de l’amiante friable pouvant constituer un risque pour les occupants.

Si le bâtiment ne contient pas d’amiante friable, il n’y a pas d’obligation de procéder au désamiantage.

Comment se déroulent les travaux de décontamination d’amiante?

Le processus de décontamination d’un bâtiment aux prises avec des matériaux d’amiante comprend obligatoirement les trois étapes suivantes :

  • le repérage ou diagnostic d’amiante;
  • la décontamination : retrait des objets contaminés, confinement de la zone à traiter, enlèvement de l’amiante ou encapsulation, et évacuation des déchets;
  • l’examen des zones traitées pour assurer la décontamination complète.

 

Le tout doit se dérouler selon une procédure établie par la loi, et ce, à l’aide d’équipements et de systèmes de protection importants. À noter que, entre autres, le type d’équipements et le besoin ou non de créer une zone étanche dépendent du niveau de risque des travaux. Par exemple, des travaux à risque faible d’émettre des poussières d’amiante, comme l’enlèvement de carreaux de vinyle, nécessitent le port d’un demi-masque et d’un survêtement jetable recommandé, mais pas la création d’une zone étanche.

Des travaux à risque modéré, comme l’enlèvement total ou partiel de faux-plafonds pour accéder à une zone où se trouvent des matériaux contenant de l’amiante friable, exigent quant à eux de délimiter une zone de travail étanche avec des toiles. Le port d’un demi-masque et d’un survêtement jetable est aussi requis. Il peut aussi être nécessaire d’aménager des salles de décontamination à pression négative afin d’empêcher la dispersion des fibres en suspension ailleurs dans le bâtiment.

Pour des travaux à risque élevé, comme la manipulation ou l’enlèvement de matériaux friables contenant de l’amiante, des mesures supplémentaires sont nécessaires, comme une zone étanche, une douche, un système de ventilation à pression négative, le port d’un masque complet, une gestion serrée des déchets.

En quoi consiste le confinement de la zone à traiter?

Le confinement permet d’éviter toute fuite de fibres d’amiante hors du chantier. Pour y arriver, les murs sont protégés et la zone des travaux est rendue étanche par diverses techniques.

Comment se débarasse-t-on des matériaux contenant de l’amiante?

La majorité des matériaux sont aspirés ou retirés avec soin pour être ensuite emballés.

Des sacs d’une épaisseur minimum de 6 millièmes de pouce ou des barils étanches et résistants aux perforations sont utilisés pour l’élimination des résidus d’amiante.

Par la suite, les sacs et les barils contenant des résidus d’amiante sont acheminés vers un site d’élimination des déchets pour être enfouis selon les dispositions de la loi.

C’est avec rigueur que l’équipe d’INF inc. procède à la gestion des déchets contenant un contaminant tel que l’amiante.

En quoi consiste l’encapsulation (recouvrement)?

Dans certains cas, les produits contenant de l’amiante peuvent être encapsulés. L’encapsulation (recouvrement) consiste à recouvrir la surface du matériau d’amiante d’un agent de scellement dans le but d’empêcher les fibres d’amiante d’être libérées dans l’air.

Qui peut procéder au diagnostic d’amiante?

Il est important que ça soit un expert-conseil indépendant qui procède au diagnostic d’amiante. Ce dernier réalisera le repérage d’amiante dans votre bâtiment (résidentiel, commercial, institutionnel ou industriel), et ce sera également lui qui aura la responsabilité de vérifier les lieux après les travaux de désamiantage si de tels travaux sont requis.

Sachez que seul un expert peut poser un diagnostic d’amiante, à la suite d’observations et d’analyses en laboratoire, selon les règles gouvernementales en vigueur.

INF inc. est en mesure de vous en référer d’excellents dans chacune des régions du Québec.

Qui peut procéder au désamiantage?

Il faut aussi s’assurer que l’entreprise possède les licences requises de la Régie du bâtiment pour effectuer de tels travaux de décontamination ainsi qu’une assurance couvrant les travaux de désamiantage.

N’hésitez pas à faire appel à l’équipe d’INF inc., qui a en main toutes les licences et les assurances requises et qui est constituée de gens expérimentés et compétents pour ce genre de travaux!


Vermiculite

Quels sont les effets de la vermiculite (Zonolite) sur la santé?

Comme un isolant de vermiculite peut contenir de l’amiante amphibolique, ses effets sur la santé sont les mêmes que pour l’amiante.

À quel moment l’isolant de vermiculite ne constitue pas un risque pour la santé?

Les isolants de vermiculite ne sont pas dangereux s’ils sont scellés dans les murs ou les planchers, isolés dans un grenier ou absents de l’air ambiant, et s’ils ne sont pas déplacés ou ne subissent pas de pression d’air majeure.

Dans quelles situations le fait d’avoir de la vermiculite (Zonolite) chez soi peut constituer un risque?

Lors de travaux d’entretien, de rénovations ou de démolition, il peut être risqué d’avoir des isolants de vermiculite chez soi.

En fait, l’isolant de vermiculite (Zonolite) devient dangereux quand il est déplacé car, comme tout autre produit contenant de l’amiante, les fibres d’amiante qu’il peut contenir sont alors susceptibles d’être libérées dans l’air ambiant.

La meilleure façon de réduire le risque d’exposition à l’amiante amphibolique est d’éviter de déplacer l’isolant de vermiculite (Zonolite) de quelque façon que ce soit!

Pour quelles raisons procède-t-on à l’enlèvement d’isolants de vermiculite?

Bâtiments destinés à la destruction

Dans le cas des bâtiments destinés à la destruction, il est essentiel de procéder avant la démolition au retrait des matériaux contenant de l’amiante (désamiantage), comme les isolants de vermiculite (Zonolite), chaque fois que c’est techniquement possible, pour éviter que les fibres d’amiante contenues dans ces matériaux soient libérées dans l’air par les travaux de démolition.

Bâtiments en usage

Dans le cas des bâtiments en usage, des travaux doivent être entrepris par le propriétaire si un diagnostic d’amiante conclut à la présence d’isolants de vermiculite (Zonolite) pouvant contenir de l’amiante friable qui constitue un risque pour les occupants.

Si la vermiculite contient de l’amiante, mais qu’elle n’est pas déplacée et qu’elle ne subit pas de pression d’air pouvant la déplacer ou déplacer les fibres de celle-ci, il n’y a pas d’obligation de procéder à l’enlèvement de l’isolant de vermiculite (Zonolite).

Comment se déroulent les travaux de décontamination de vermiculite (Zonolite)?

Le processus de décontamination d’un bâtiment aux prises avec des matériaux de vermiculite comprend les étapes suivantes.

  1. Installation d’une enceinte de décontamination pour les travailleurs. Cette enceinte comprend un vestiaire contaminé, une douche et un vestiaire propre qui communique directement avec l’entretoit lorsque les travaux sont exécutés par l’intérieur de la maison.
  2. Installation d’une unité de pression négative munie d’un filtre Hepa (filtration de 99,98 %). Cette unité sert à garder la pression de l’entretoit plus basse que celle de la maison pour s’assurer qu’aucune fibre d’amiante ne puisse migrer à l’intérieur de la maison.
  3. Aspiration de l’isolant contaminé à l’aide d’un aspirateur industriel muni d’un filtre Hepa pour s’assurer qu’il n’y a aucune dispersion de fibres d’amiante.
  4. Inspection et prélèvement de tests d’air par une firme indépendante, durant les travaux, pour s’assurer que tous les travaux sont exécutés selon les lois, les normes et les règlements.
  5. Installation d’une colle à séchage lent, une fois que les travaux de décontamination sont terminés, soit lorsqu’il n’y a plus d’isolant et de vermiculite visible et que l’aspirateur a été passé partout. La colle vient neutraliser les fibres d’amiante qui auraient pu échapper à la phase de décontamination.
  6. Prélèvement, par une firme indépendante, d’un test d’air final de 4 heures pour confirmer qu’il n’y a plus de fibres d’amiante dans l’entretoit. À la suite de ce test, un rapport est émis par la firme confirmant qu’il n’y a plus d’amiante au niveau de l’entretoit et que les travaux ont été exécutés selon les lois, les normes et les règlements.
  7. Installation de blocages au niveau des corniches pour permettre d’installer le maximum d’isolants tout en gardant le minimum requis de ventilation venant des corniches.
  8. Isolation de l’entretoit pour un facteur de R-40 avec de l’isolant soufflé de première qualité, le tout conforme aux normes d’aujourd’hui.
  9. Démobilisation et départ, en laissant l’endroit dans le même état, et même dans un meilleur état, qu’avant le début des travaux.

Moisissures ou fongique

À quoi peut-on attribuer la présence de moisissures dans un bâtiment?

La présence de moisissures peut être attribuable :

  • à une condensation d’eau sur les surfaces (causée par un excès d’humidité, un manque de ventilation ou une basse température);
  • à une vapeur ou une humidité excessive dans l’air (causée par les bains, les douches ou la cuisson);
  • à l’infiltration d’eau due à des fuites du toit ou de la plomberie, aux fissures des fondations ou à une inondation (causée, par exemple, par une pluie torrentielle ou un tuyau endommagé).

Il est recommandé de vérifier régulièrement s’il y a des moisissures dans les endroits humides ou après un dégât d’eau.

Quels sont les effets de la moisissure sur la santé?

Il existe plusieurs problèmes de santé reliés à une exposition aux champignons intérieurs (moisissures), qu’il s’agisse d’expositions de niveau élevé et de courte durée, ou d’expositions de niveau plus faible, mais de longue durée.

Voici les symptômes les plus associés aux moisissures à l’intérieur des bâtiments :

  • irritation des yeux, du nez et de la gorge;
  • toux et mucosités;
  • respiration sifflante et essoufflement;
  • aggravation des problèmes d’asthme;
  • réactions allergiques;
  • fatigue et éruption cutanée;
  • congestion;
  • maux de tête.

Toutes les personnes exposées à la moisissure ne développeront pas nécessairement des problèmes de santé. Il est cependant nécessaire de l’éliminer, car la moisissure intérieure constitue un risque pour la santé lorsque les spores fongiques sont rejetées dans l’air et inhalées ou transmises par contact physique.

Qui sont les personnes les plus à risque d’être affectées par les moisissures?

Chaque personne réagit différemment aux moisissures selon son degré d’exposition et son état de santé général. Les personnes suivantes sont toutefois plus vulnérables que d’autres :

  • les enfants;
  • les personnes âgées;
  • les personnes dont le système immunitaire est affaibli;
  • les personnes qui souffrent d’autres problèmes de santé, comme l’asthme, de graves allergies ou d’autres maladies respiratoires.

Comment évaluer l’étendue de la moisissure et déterminer les mesures de précaution à prendre pour la décontamination de moisissures?

C’est l’étendue de la surface contaminée par la moisissure qui va déterminer le type de nettoyage requis ainsi que les mesures de protection à prendre lors de la décontamination.

 

Selon le protocole de l’Association canadienne de la construction (ACC) :

Pour les petites zones

Le nettoyage des surfaces contaminées, dans le cas de petites zones, peut se faire par le propriétaire des lieux ou par un préposé à l’entretien, avec du détergent et de l’eau, et en prenant certaines précautions, comme le port d’un masque anti-poussière, des lunettes de protection et des gants de caoutchouc.

Une petite zone contaminée ne couvre pas plus d’un mètre carré, soit environ 10 pieds carrés, et on ne devrait pas en trouver plus de trois dans le bâtiment pour qu’un simple nettoyage soit suffisant.

Pour les zones moyennes

Il est recommandé de faire affaire avec un expert pour le nettoyage de zones dites moyennes. Celui-ci mettra la zone en confinement et utilisera un aspirateur HEPA dans ses opérations de nettoyage, en plus de s’assurer de prendre toutes les autres précautions (port d’un masque, etc.)

Une zone est dite moyenne lorsqu’elle est constituée :

  • de plus de trois zones d’un mètre carré (environ 10 pieds carrés);
  • ou d’une zone couvrant plus d’un mètre carré, mais moins de 3 mètres carrés (soit une surface de 10 pieds carrés à 30 pieds carrés);
  • ou d’une zone couvrant une surface de 3 à 10 mètres carrés (soit de 30 pieds carrés à 100 pieds carrés).

Pour les zones de plus grande surface

Les exigences sont évidemment plus importantes dans le cas de zones de plus grande surface. L’expert exécutera tous les travaux de décontamination en s’assurant de le faire dans une zone maintenue mécaniquement en pression négative et en prévoyant une chambre de décontamination pour l’entrée et la sortie.

Une zone est considérée de grande surface lorsqu’elle dépasse 10 mètres carrés (soit plus d’environ 100 pieds carrés).

Que fera l’expert si on soupçonne des moisissures dans un bâtiment?

La première étape est de visiter les lieux pour évaluer la situation. Des inspections simples peuvent être réalisées par des professionnels de la conception de bâtiments ou des directeurs de travaux de construction, alors que des inspections plus complexes doivent être menées par des professionnels qualifiés en environnement. L’expert pourra alors évaluer la situation, prélever et analyser des échantillons et recommander des solutions.

La deuxième étape, qui consiste au nettoyage ou à l’enlèvement de matériaux, dépend de l’étendue des dommages causés par les moisissures :

  • si les moisissures sont en surface (par exemple sur du béton), on procède au nettoyage;
  • si les moisissures se sont développées à l’intérieur des murs (par exemple dans le gypse, sur un isolant ou sur le bois de structure), on procède à l’enlèvement des matériaux contaminés.

Il est également primordial d’identifier la source de la moisissure et d’apporter les correctifs nécessaires pour que la situation ne se reproduise pas!

Dans quelles situations des échantillonnages de l’air peuvent être utiles si on soupçonne la présence de moisissures?

L’échantillonnage de l’air peut être utile dans les cas où on soupçonnerait la formation de moisissures cachées ainsi que dans les cas où la formation de la moisissure pourrait être présente dans les appareils de ventilation.

Il n’est toutefois pas nécessaire de faire un échantillonnage de l’air lorsque l’étendue des moisissures est facilement déterminée lors d’une simple inspection visuelle.

L’échantillonnage de l’air est aussi parfois effectué après avoir complété les travaux de correction des problèmes de moisissures pour confirmer que l’environnement est maintenant de qualité acceptable.

À noter que le prélèvement et l’interprétation des échantillons d’air contaminé par les champignons devraient toujours être confiés à des personnes expérimentées dans les enquêtes portant sur la contamination des champignons et sur la qualité de l’air intérieur, soit des professionnels de l’environnement ou de la santé et de la sécurité.

INF inc. est en mesure de vous référer des professionnels en environnement dans chacune des régions du Québec.

Pourquoi faire affaire avec un expert pour la décontamination de moisissures ou décontamination fongique?

 Les méthodes utilisées pour éliminer la formation de la moisissure dépendent de la cause et de l’étendue de la formation. Il existe aussi une variété de techniques de nettoyage et d’enlèvement des matériaux ou des surfaces contaminées.

Le nettoyage des zones moyennes et des grandes zones contaminées exige des mesures de sécurité particulières. Il est donc essentiel de faire affaire avec des experts en la matière pour s’assurer d’éliminer complètement la moisissure, soit par nettoyage ou par enlèvement.

Sachez que les membres de l’équipe d’INF inc. connaissent bien les exigences en matière de santé publique et de sécurité au travail ainsi que les techniques appropriées pour le nettoyage des matériaux récupérables, l’enlèvement rapide des matériaux moisis et la correction des problèmes de moisissures.


Plomb

Qu’est-ce que le plomb?

Le plomb est un métal mou et lourd qu’on trouve en petite quantité à l’état naturel dans la croûte terrestre, et en plus grandes concentrations dans les minerais de plomb.

Où peut-on trouver du plomb?

On peut en trouver dans l’air, le sol, la poussière, l’eau potable, les aliments et dans divers produits de consommation, comme les peintures, les tuyaux de plomb, les meubles, les jouets, le matériel d’artiste (encres, teintures, peintures et pastels, crayons de cire, etc.), les ministores de vinyle, les chandelles, les munitions, les poids utilisés pour la pêche ainsi que dans certains milieux de travail, comme les fonderies, les raffineries et d’autres industries qui utilisent le plomb.

Quels sont les risques pour la santé d’une exposition au plomb et qui sont les plus susceptibles d’être touchés?

Le plomb peut être absorbé par l’organisme de différentes façons :

  • par la bouche (ingestion);
  • par les poumons (inhalation);
  • par la peau (voie cutanée).

Le plomb ainsi inhalé ou ingéré est par la suite absorbé par le sang et directement par les tissus tels que le foie, les reins, le pancréas et les poumons. L’exposition au plomb peut causer de l’anémie, des coliques abdominales, une perte d’appétit, des céphalées, une altération de l’humour et des fonctions psychomotrices.

Chez les enfants, le degré d’absorption et de rétention du plomb est beaucoup plus élevé que chez les adultes. Aussi, même si le plomb ne produit aucun symptôme particulier en cas d’exposition à une très faible concentration, il peut quand même produire des effets nocifs sur le développement de l’enfant. Des études indiquent que le système nerveux est particulièrement sensible aux effets nocifs du plomb au cours des trois premières années de vie.

À noter que les jeunes enfants risquent plus d’être exposés au plomb présent dans les produits de consommation du fait de leur tendance naturelle à porter à leur bouche les objets qu’ils manipulent (par exemple des jouets, des meubles, des éclats de peinture).

Quant aux travailleurs des fonderies, des raffineries et d’autres industries qui utilisent du plomb, ils font partie des gens qui peuvent être exposés à des concentrations élevées de plomb.

Quels sont les signes d’une intoxication au plomb?

Voici quelques symptômes d’une intoxication par le plomb :

  • maux de tête et irritabilité;
  • douleurs abdominales et vomissements;
  • anémie (faiblesse et pâleur);
  • perte de poids;
  • faible capacité d’attention;
  • difficultés d’apprentissage manifestes;
  • rythme lent de perfectionnement de langage;
  • hyperactivité.

Qui peut vérifier si ce contaminant se trouve dans votre bâtiment?

Le prélèvement et l’interprétation des échantillons de plomb devraient toujours être confiés à des personnes expérimentées dans les enquêtes portant sur la contamination de plomb, soit des professionnels de l’environnement ou de la santé et de la sécurité.

INF inc. est en mesure de vous référer des professionnels en environnement dans chacune des régions du Québec.

Où l’équipe d’INF inc. procède-t-elle le plus souvent à la décontamination de plomb?

INF inc. est appelée à procéder à des travaux de décontamination du plomb principalement :

  • dans les industries aux prises avec une trop forte concentration de plomb;
  • dans les salles de tir en raison de l’utilisation de munitions au plomb.

Lors de la décontamination du plomb, il peut être nécessaire d’agir avec les mêmes précautions que dans le cas de l’amiante. C’est pourquoi il est nécessaire de faire appel à des experts, comme INF inc., qui connaissent bien toutes les procédures à suivre et les réglementations en vigueur pour effectuer le tout de façon sécuritaire.


Peintures à base de plomb

Qu’est-ce que le plomb et où le trouve-t-on?

Le plomb est un métal mou et lourd qu’on trouve en petite quantité à l’état naturel dans la croûte terrestre, et en plus grandes concentrations dans les minerais de plomb.

Il y en a à peu près partout dans notre environnement, en raison de sa présence dans la nature, mais aussi en raison de son utilisation dans l’industrie moderne.

On peut en trouver dans les peintures, les tuyaux de plomb, les meubles, les jouets, le matériel d’artiste (encres, teintures, peintures et pastels, crayons de cire, etc.), les ministores de vinyle, les chandelles, les munitions, les poids utilisés pour la pêche ainsi que dans certains milieux de travail, comme les fonderies, les raffineries et d’autres industries qui utilisent le plomb.

Quels sont les risques pour la santé d’une exposition au plomb et qui sont les plus susceptibles d’être touchés?

Le plomb peut être absorbé par l’organisme de différentes façons :

  • par la bouche (ingestion);
  • par les poumons (inhalation);
  • par la peau (voie cutanée).

Le fœtus peut aussi être exposé au plomb qui franchit le placenta.

Le plomb ainsi inhalé ou ingéré est par la suite absorbé par le sang et directement par les tissus tels que le foie, les reins, le pancréas et les poumons.

Chez les enfants, le degré d’absorption et de rétention du plomb est beaucoup plus élevé que chez les adultes. Aussi, même si le plomb ne produit aucun symptôme particulier en cas d’exposition à une très faible concentration, il peut quand même produire des effets nocifs sur le développement de l’enfant. Des études indiquent que le système nerveux est particulièrement sensible aux effets nocifs du plomb au cours des trois premières années de vie.

À noter que les jeunes enfants risquent plus d’être exposés au plomb présent dans les produits de consommation du fait de leur tendance naturelle à porter à leur bouche les objets qu’ils manipulent (par exemple des jouets, des meubles, des éclats de peinture).

Quant aux travailleurs des fonderies, des raffineries et d’autres industries qui utilisent du plomb, ils font partie des gens qui peuvent être exposés à des concentrations élevées de plomb.

Quels sont les signes d’une intoxication au plomb?

Voici quelques symptômes d’une intoxication par le plomb :

  • maux de tête et irritabilité;
  • douleurs abdominales et vomissements;
  • anémie (faiblesse et pâleur);
  • perte de poids;
  • faible capacité d’attention;
  • difficultés d’apprentissage manifestes;
  • rythme lent de perfectionnement de langage;
  • hyperactivité.

À quels moments la peinture à base de plomb constitue-t-elle un risque pour la santé?

La peinture à base de plomb peut présenter un risque pour la santé lorsqu’elle s’écaille, s’enlève par plaques ou qu’elle se trouve sur des surfaces accessibles à de jeunes enfants. En fait, la vieille peinture au plomb à l’intérieur des résidences représente une source importante d’exposition au plomb, soit par l’ingestion d’écailles de peinture, l’inhalation ou l’ingestion de poussières contaminées lors de la dégradation des revêtements de peinture.

Le fait de décaper ou de sabler de la vieille peinture peut aussi constituer un risque pour la santé, car des niveaux élevés de poussières de plomb sont libérés dans l’air. D’essayer ainsi d’enlever la vieille peinture peut présenter un danger plus immédiat que de laisser la zone peinte intacte, si elle est toujours en bon état.

Pourquoi le plomb était-il utilisé dans la peinture?

Le plomb, ce métal gris, mou, qui fait un excellent pigment blanc, était utilisé dans la peinture pour qu’elle sèche rapidement, qu’elle résiste à l’usure et que les couleurs soient éclatantes.

Quels bâtiments peut renfermer des peintures à base de plomb?

Les bâtiments construits avant 1980 sont susceptibles d’avoir été peints avec des peintures à base de plomb.

Depuis 1980, des changements ont été apportés dans la réglementation des peintures intérieures et extérieures vendues sur le marché de sorte qu’elles ne contiennent pratiquement plus de plomb.

Comment savoir si les peintures utilisées dans votre maison contiennent des niveaux de plomb dangereux?

C’est au moyen d’analyses scientifiques que vous pouvez mesurer la quantité de plomb que contiennent vos peintures.

À noter que le prélèvement et l’interprétation des échantillons de peintures contaminées par le plomb devraient toujours être confiés à des personnes expérimentées dans les enquêtes portant sur la contamination de plomb, soit des professionnels de l’environnement ou de la santé et de la sécurité.

INF inc. est en mesure de vous référer des professionnels en environnement dans chacune des régions du Québec.

Que faire pour éliminer la peinture à base de plomb?

Lors de la décontamination de peintures à base de plomb, il peut être nécessaire d’agir comme dans le cas de l’amiante, au niveau des précautions à prendre (port d’un masque, etc.). Un expert en décontamination est la personne toute désignée pour enlever les matériaux recouverts de peintures à base de plomb en toute sécurité.

N’hésitez pas à faire appel à l’équipe d’INF inc. qui connaît toutes les étapes à suivre en décontamination et les réglementations en vigueur pour effectuer le tout de façon sécuritaire et pour disposer des produits contenant du plomb sans contaminer l’environnement!

Le décapage mécanique (sablage), qui libère des niveaux élevés de poussières dans l’air, est fortement déconseillé pour les peintures à base de plomb!


Béryllium

Où trouve-t-on du béryllium?

On trouve du béryllium :

  • dans l’usinage et le soudage des alliages contenant du béryllium;
  • dans la fabrication de céramique semi-conductrice;
  • dans la fabrication de certains composants électriques et électroniques;
  • dans l’industrie de l’aéronautique;
  • dans l’industrie de l’énergie nucléaire;
  • dans les fonderies de métaux non ferreux;
  • dans la fabrication de prothèses dentaires;
  • dans la fabrication de certains articles de sport (bâtons de golf, bicyclettes, raquettes de tennis);
  • dans la fabrication de certaines pièces d’automobiles;
  • dans la fabrication de certaines pièces d’armes;
  • dans la fabrication de roulements à billes;
  • dans l’industrie de l’environnement (traitement et recyclage de déchets).

Quels sont les risques pour la santé d’une exposition au béryllium?

À l’état solide, le béryllium est sans danger. Il devient toutefois très toxique sous forme de poussière et de fumée.

Les travailleurs qui sont exposés aux poussières et aux fumées du béryllium, même à de faibles concentrations, sont susceptibles de développer :

  • une maladie pulmonaire chronique, appelée la bérylliose

Le béryllium est aussi considéré comme un agent cancérigène (cancer du poumon) et peut entraîner des lésions cutanées.

Dans quelles situations la décontamination des milieux de travail où on trouve du béryllium est-elle nécessaire?

Quand une entreprise veut récupérer un lieu de travail où les procédés de fabrication impliquaient l’utilisation de béryllium pour le transformer en un lieu de travail sans béryllium, il est primordial de procéder, selon les règles de l’art, à la décontamination des aires de travail en question.

Lorsque l’on souhaite que des équipements, des installations ou des objets utilisés dans un édifice contaminé par des poussières de béryllium soient mis à la disposition du public, il est nécessaire de procéder à leur décontamination.

Qui peut vérifier si ce contaminant se trouve dans votre bâtiment?

Le prélèvement et l’interprétation des échantillons de béryllium devraient toujours être confiés à des personnes expérimentées dans les enquêtes portant sur la contamination de béryllium, soit des professionnels de l’environnement ou de la santé et de la sécurité.

INF inc. est en mesure de vous référer des professionnels en environnement dans chacune des régions du Québec.

Comment procède-t-on à la décontamination des lieux de travail où on trouve du béryllium?

Les mesures et les précautions à prendre pour la décontamination d’un lieu de travail contaminé par le béryllium ressemblent à celles qui doivent être prises dans le cas de la décontamination d’amiante.

Voici un résumé des précautions à prendre :

  • Il faut isoler les aires à décontaminer du reste de l’édifice, en scellant avec du polyéthylène les voies d’entrée et les ouvertures dans les murs.
  • L’aire de travail à décontaminer doit être maintenue en pression négative grâce à un système avec filtre avec haute efficacité.
  • Le nettoyage des équipements et des objets qui seront conservés, aussi bien que le nettoyage des matériaux qui doivent être jetés ou détruits, doit se faire de façon à ne pas contaminer les zones propres.
  • Le nettoyage des surfaces doit se faire à l’aide d’un aspirateur muni d’un filtre à haute efficacité.
  • Enfin, les matériaux à se départir doivent être placés dans des sacs ou des contenants étanches.

Qui peut procéder à la décontamination d’un lieu contaminé par le béryllium?

Les opérations de décontamination des milieux contaminés par du béryllium doivent, entre autres, répondre à des normes établies par la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST).

Il est donc plus que nécessaire de faire appel à des experts en la matière, comme les membres de l’équipe d’INF inc., qui connaissent bien toutes les procédures et les normes à suivre pour effectuer, de façon sécuritaire, la décontamination d’un lieu de travail contaminé au béryllium.


Affiliations :